Japon - 2 - Sounkyo, Furano & le parc Daisetsuzan

May 20, 2017

Un bol d’air pur. C’est cela qu’on recherchait en venant près de ce parc national Daisetsuzan. Nous voulons marcher dans la nature, voir des paysages magnifiques de montagne et se reposer le soir dans les onsens…

 

Nous revoici donc dans le train ! Petit passage par Kamikawa puis on arrive à Sounkyo.

 

Sounkyo

 

Les balades

C’est « la » station de ski du Nord Daisetsuzan et la porte d’entrée pour aller dans le parc. Via internet, cela semblait réellement magnifique ce coin : randos, vues panoramique sur les montagnes avoisinantes, forêts… Nous devions avoir tout ce que nous voulions ici mais c’était sans compter sur un élément que nous adorons mais qui là nous a pas mal bloqué… la neige ! Le lendemain de notre arrivée à Sounkyo, nous sommes allés voir à l’office du tourisme comment accéder au sommet du coin par les chemins de rando. Bilan des courses : ce n’est pas la saison des randos car il y a de la neige ! (On le savait mais on espérait que cela soit suffisamment fondu et que ce serait de la surprotection pour touriste).

 

Têtus comme nous sommes, nous indiquerons à la personne de l’office que nous tenterons tout de même de gravir les 2h30 de pente pour accéder à la gare du téléphérique (car monter en cabine coûte de l’ordre de 18€ A/R par personne... Oui, je sais mais pour un voyage comme ça… chaque euros comptent !) et pouvoir profiter de la vue (sans prendre de risques évidemment)… Nous avions déjà abandonner l’idée d’aller jusqu’au sommet.

Mais voilà ce qui nous attendait…

Du coup, nous ferons machine arrière très rapidement (genre à 10m du bord du sentier, enfin ce qu'on a cru être le sentier vu qu'il  était invisible avec la neige) et irons tout de même sur une autre balade (plus à plat) pour aller vers des cascades (normalement). Là aussi la neige ne nous a pas épargné mais nous avons tout de même suivi  le sentier sur quasiment toute sa longueur jusqu’à, à peu près, 300m des cascades. Ça faisait du bien d’être seuls dans la nature, au calme.

Puis nous partirons vers l’attraction touristique de cette station, les cascades. Après une marche d’une trentaine de minutes le long de la route, nous sommes arrivés au point de vue des cascades.

Non c'est pas ça...

Voilà :

J’avoue que cela faisait court et nous étions quand mêmes frustrés de ne pas avoir eu une vue depuis les hauteurs donc nous avons mis la main au portefeuille car cela aurait été dommage de ne pas profiter des vues de là-haut… Nous ne l’avons pas regretté au final ;-).

 

 

Notre hôtel

 

C’est marrant comment parfois les endroits qui, au premier abord, nous paraissent chers, vieillots, mal entretenus peuvent laissés des souvenirs agréables. Souvent c’est lié à une personne ou un contexte. Là, j’ai envie de dire les deux.

 

Le réceptionniste

 

Tout d’abord ce petit réceptionniste, très souriant qui nous a fait rire dès le départ en nous indiquant :

  • qu’il est uniquement là en CDD… car il veut partir en Angleterre bientôt pour faire des études ou autres, j’ai pas bien compris (on verra aussi qu’il dort là, bosse de très tôt le matin à très tard le soir presque tous les jours mais ne connaît personne quasiment dans le village car il habite ailleurs)

  • que l’hôtel vient d’être racheté car laissé à l’abandon

  • que les onsens sont vieux et un peu sales (marques qui ne partent pas) qu’il s’excuse pour ça mais que ça ne doit pas nous gêner pour y aller

  • qu’il n’y a pas de wifi, que certains équipements marchent mal, qu’il ne peut pas encore proposer de petit-déjeuner et qu’il s’excuse par avance pour tout ça et nous invite à revenir dans un an, ce sera mieux ! ;-)

Bref il m’a beaucoup fait rire et sa gentillesse et dévouement pour les clients tout au long de notre séjour (comme en fait beaucoup de japonais) était réellement un élément qui a fait passer beaucoup d’inconvénients comme étant réellement futiles… On devrait en prendre de la graine au lieu de râler tout le temps !

 

 

Les onsens

 

Un onsen, c’est un concept qu'on retrouve partout dans le monde mais ici c'est à la sauce complétement japonaise. Je m’explique. Vous prenez un concept international : les bains chauds non mixtes, vous y ajoutez les douches communes et enfin tout un tas de codes de conduite purement japonais et vous avez les onsens. Bien évidemment je n’ai pas pu prendre de photos mais j’en ai piqué sur internet…

Pour moi, c’était une première, évidemment non pour Valentine. Il fallait donc que j’apprenne le code de conduite…

  1. On ne va pas dans les onsens avec ses chaussures. Il est donc préférable d’aller dans sa chambre, prendre les chaussons prévus pour se balader dans l’hôtel puis aller aux onsens comme ça

  2. On peut y aller et se changer dans les vestiaires mais le mieux, c’est de se changer dans sa chambre & mettre le Yukata prévu dans la chambres et être tout nu dessous. On se sent un peu écossais dans ce cas de figure…

  3. Arrivés au vestiaire, on enlève le tout & on met dans les casiers… attention à ne pas oublier d’enlever ses chaussons dans les parties ou on doit marcher pieds nus (logique pour un japonnais, pas toujours pour nous...) et les ranger dans les casiers

  4. Une fois dans notre plus beau costume d’Eve ou d’Adam suivant notre sexe, direction la partie douche

  5. On NE VA PAS directement dans le bain chaud, non madame, non monsieur, d’abord on se lave !!! Les bains sont fait pour tout le monde alors on y va propre ! Direction les petits sièges devant les robinets où nous faisons notre toilette assis devant un miroir, avec ses parties aux quatre vents… Le sentiment de liberté prédomine à ce moment là ;-)

  6. Puis, une fois bien propre, il est temps d’aller dans l’eau bien chaude (pour le coup, là, elle était très chaude) et de se prélasser dans le bain commun

  7. Une fois sortie, rebelote, on retourne se laver ou du moins se rincer… puis rien ne nous empêche de faire des A/R dans le bain chaud

  8. Et enfin, une fois décontracté (enfin pas trop non plus…^^) et bien rincé, il est temps de s’habiller à nouveau et remonter à la chambre !

 

Petit bémol annexe : le yukata (ou kimono d'ailleurs) se ferme dans un sens… Le fermer dans le sens contraire est réservé aux défunts. En fait, c'est parce que dans le monde des morts tout est à l'envers, du coup le yukata ou kimono est mis dans le mauvais sens dans notre monde, celui des vivant, et se retrouvera dans le bon sens dans le monde des morts (souvenirs de mes cours de civilisation japonaise à la fac... c'est loin) -Val-

 

Furano

 

Après cette petite parenthèse neige, nous partirons pour Furano, à l’ouest du parc Daisetsuzan. J’avoue qu’à partir de maintenant, notre programme sera beaucoup contraint par les endroits où nous trouvons des logements moins chers.

 

La guesthouse

Perdue aux abords de la forêt, il faut réellement se préparer si vous voulez l’atteindre sans être emmené en voiture. Heureusement, super gérant a tout prévu (oui je ne me rappelle pas de son nom et la folie japonaise me gagne donc nous allons l’appeler « super gérant »). Selon son planning quotidien, le matin, il fait la navette gratuitement (trois fois me semble-t-il) depuis la guesthouse jusqu’à la gare (donc peut prendre des gens pour y retourner) puis le soir, à 18h & 20h, il va de nouveau à la gare pour prendre les clients et ce, réglé comme un japonais (oui ici on ne dit pas réglé comme une horloge puisque c’est un pléonasme avec le japonais…)

J’avoue qu’on ne s’attendait pas à ce genre d’ambiance mais nous avons été ravis de retrouver un peu d’interaction sociale comme dans nos auberges en Amérique du sud. On s’est rendus compte que cela nous manquait... Deux espagnols, un danois, une taiwanaise, un australien, et bien sûr des japonais, nous avons discuté avec tout le monde à peu près (pas trop avec les deux ado japonais… mais ce n’était pas de notre fait).  Nous avons même pu souhaiter les 20ans à Christian, le danois, qui pour le coup a fait des pancakes ;-) !

 

 

La visite de Furano

 

Voilà une agréable petite ville où il fait bon se balader en vélo. L’avantage, enfin presque, de notre auberge c’est qu’on peut y emprunter gratuitement des vélos pour aller se balader. Du coup, on n’a pas trop hésité. Si j’ai eu du mal à choisir (tout était trop petit pour moi), j’ai eu un bon VTT mais ma pauvre Valentine, elle, a dû supporter tout le long de notre balade, un vélo trop petit et avec un seul plateau. Du coup, elle poussait à pied dans toutes les montées… C’est que ça devait réellement être galère vu que je ne l’ai jamais vu pousser un vélo dans une montée !

Notre petit tour nous emmènera :

 

Au temple (encore un et c'est pas fini)

Au Ramen (voir aussi section culinaire)

 

À la fabrique de fromage

Ce fut pour nous une réelle déception. J’avoue qu’on aurait bien aimé apprendre quelque chose mais tout était en japonais donc impossible pour nous de comprendre quoi que ce… Il aurait fallu passer plusieurs dizaines de minutes devant chaque panneau. Du coup, nous avons rapidement fait le tour. Rien de particulier à signaler mis à part une carte des fromages un peu bizarre avec majoritairement des fromages français mais placés par exemple sur l’Espagne ou l’Italie…  ce qui aura bien fait râler nos espagnols de l’auberge puisqu’aucun fromage espagnol n’était marqué alors qu’il y en a de très très bons et qu'il ont mis un fromage des USA !!! (Certes ils savent faire du fromage maintenant mais l'Espagne quand même!!)

Puis nous rentrerons car la pluie commençait à perler… pour profiter de la soirée avec les autres clients. Nous aurons également droit la tournée de remerciements au saké (en fait du shochu mais ça sera plus simple de dire saké) de « super gérant » avec qui je trinquerai également à l’élixir de Chartreuse… un peu fort par rapport à son saké du coup. Ah si, important, ce saké là était pas mauvais pour une fois ;-) !

 

 

La section culinaire !

 

Les Ramens

Voilà les restaurants les plus abordables pour nous. Un bon Ramen, c'est un plat de pâtes dans un bouillon (viande ou poisson) assaisonné à la sauce soja, miso et avec plusieurs autres ingrédients dedans (viande, oignons, poisson, herbes... etc. suivant les recettes). Originaire de Chine, ce plat est réellement populaire ici. Perso, j'adore !

 

Les onigiris

Voilà ma véritable découverte depuis que je suis au Japon et dont je suis fan !

Il s'agit de boules de riz farcies et façonnées comme le fabricant le désir et que nous mangeons entouré d'une feuille d'algue (Nori) la plupart du temps. Pour les randonnées, c'est génial et ça coûte rien ! (1€ pour un en général) et tu es rapidement repu !! Comme le dit le dicton "Onigiri, à moitié dans mon lit !"... ah non c'est pas ça...

 

 

La section… « Ils sont fous ces japonais et c’est pour ça qu’on les aime ! »

 

Les pâtisseries

Autant dire que je pourrais mettre des milliers de photos de pâtisseries au Japon. De toutes les couleurs, de toutes les formes, très travaillées... on en trouve partout mais celle qui m'a fait rire se trouve dans les petits supermarchés... en forme de panda comme moi ;-) !

 

Les distributeurs de boisson

Tu en trouves partout, même dans les endroits improbables mais le mieux c'est que tu y trouves des canettes chaudes !! (celles avec les prix en rouge) C'est top pour avoir son café chaud en attendant le train sur le quai.

 La suite dans le prochain épisode...

 

Share on Facebook
Share on Twitter